Historique des Caisses Populaires en Haïti

16/11/2009 - Lu 12892 fois
 


  • 1946 : Première caisse populaire en Haïti, « Petite Épargne » à Vallée de Jacmel
  • 1951 : Première caisse populaire à Port-au-Prince, « Caisse Populaire Sainte-Anne » (CPSA)
  • 1981 : Loi sur les Coopératives
  • 1987 : Arrivée de DID en Haïti – Début du travail de ce dernier avec les caisses populaires haïtiennes
  • 1991-1994 : Coup d’état, retrait forcé mais provisoire de DID
  • 1995: Retour de DID en Haïti – Revitalisation du secteur
    • En plus du volet social, on ajoute désormais le volet financier (comptabilité, rigueur, gestion, vérification, …) à la coopération avec les caisses
    • De nombreuses missions sont menées auprès des caisses
    • L’engagement de DID se fait à long terme.  Le Projet ACOOPECH (Appui aux Coopératives d’Épargne et de Crédit Haïtiennes) auprès d’une cinquantaine de caisses, financé par l’ACDI, a débuté en 2001 et est prévu jusqu’en 2015
  • 1998-2002 : Crise des caisses à 10%.  Les caisses populaires haïtiennes, appuyées par DID, n’ont pas pris part à ce mouvement.  Il s’agissait en fait de structures pyramidales, très mal gérées qui n’avaient de coopératives que le nom et ont profité des faiblesses et ambigüités de la loi de 1981 pour s’établir.  Cependant, la faillite de ces structures frauduleuses a affecté l’image de tout le secteur, y compris les caisses saines.  Ces dernières ont réclamé l’intervention de l’État
  • 2002: Nouvelle Loi sur les Caisses d’Épargne et de Crédit
    Principales dispositions de la loi :
    • Renforcement du rôle du CNC et de la BRH 
      • Dorénavant, à côté du  Conseil National des Coopératives (CNC), la Banque de la République d’Haïti (BRH) devenait également un acteur majeur du secteur et devait aussi donner son avis sur l’autorisation et le fonctionnement des caisses populaires
      • Une Direction de l’Inspection Générale des Caisses Populaires (DIGCP) chargée spécifiquement de la supervision du secteur des coopératives d’épargne et de crédit était créée
      • Les normes prudentielles de la BRH relatives au secteur financier étaient étendues aux caisses populaires
      • Cette loi représentait une avancée majeure pour les caisses populaires qui avaient toujours souhaité être mieux contrôlées par les instances régulatrices de l’État pour renforcer la confiance que le grand public avait toujours gardée en elles
    • Possibilité de créer une fédération de caisses
      • La Loi de 2002 permettait aux caisses populaires de se regrouper en Fédération de caisses
  • 2005: Partenariat entre l'ACDI, DID, la Banque Interaméricaine de Développement et l'USAID pour la création de la Fédération
  • 2007:Création de la Fédération LE LEVIER avec 14 Caisses parmi les plus performantes du pays
  • 2008: Agrément de la Fédération LE LEVIER par le CNC
  • 2009-2010: La Fédération LE LEVIER passe à 20 Caisses
  • 2009-2010: La Fédération LE LEVIER passe à 20 Caisses
  • 2013: La Fédération LE LEVIER accède à la chambre de compensation. Elle compte 28 Caisses Fédérées et 14 qu’elle appuie.
  • 2015: Signature du protocole d’accord de la compensation. 29 Caisses sont Fédérées, 13 Utilisatrices pour un total de 75 points de service.